Découverte des jardins botaniques de CHÂTEAU PÉROUSE

pdf

Explications des jardins botaniques


Carte mondiale des climats méditerranéens

https://www.chateau-perouse.com/assets/bestanden/gallery/9/192.jpg

Le parc botanique de Château Pérouse est le fruit de 10 ans de recherche, de réflexion et de travail. Les 62 ha permettent de multiples possibilités, sans jamais perdre de vue que la végétation méditerranéenne reste le point d’ancrage du projet.

Au fil des siècles, d’illustres botanistes ont exploré le monde ramenant de leurs voyages, des graines, des spécimens et de nombreuses études. Ils purent dresser un inventaire non exhaustif et définir des «archétypes» d’espèces végétales regroupant les mêmes spécificités. Ainsi les végétaux dits de type méditerranéen occupent bien évidemment le pourtour méditerranéen, mais cette typicité se retrouve aussi…. En Australie, en Afrique du Sud… en Californi... au Chili….

D’où l’idée originale retenue…Créer un parc botanique des espèces méditerranéennes.

La métamorphose du lieu opère peu à peu.

Dans un 1er temps, l'ambiance du jardin actuel entourant la demeure a été améliorée. Nous avons créé une pépinière qui accueille les grands sujets, étape essentielle pour permettre leur développement et suivre leur comportement avant leur réimplantation. La nature par principe généreuse nous offrant boutures et graines, nous a donné l’idée de créer une seconde pépinière qui voit s’épanouir les jeunes pousses.

Puis dans un 2ème temps, et dans le respect des chartes environnementales, nous avons installé un jardin d’expérimentation où nous testons toutes ces plantes arrivant des quatre coins du monde.

Toutes ces études, ces essais, représentent un challenge qui ne pourra aboutir qu’avec un partenaire incontournable, le temps. Pour accéder au planning prévisionnel "Cliquez ici".

Nous vous proposons de faire un beau voyage dans notre univers. Il n'aurait pas été aussi riche, sans les réflexions que nous avons mené grâce aux études, recherches et livres spécialisés. Vous en trouverez la liste dans "En savoir plus".

Pour une meilleure compréhension, vous trouverez ci-après une carte complète. Elle présente avec précision le parc dans sa forme définitive. Le parc s'agrandira par phases successives.

Plan général du parc - Zoomer pour plus de détail

Les jardins méditerranéens

Qu’est-ce que le climat méditerranéen ?
Il se caractérise par un été sec et un hiver tempéré avec une alternance de pluies torrentielles sur des périodes courtes et de périodes de sècheresse pouvant être extrêmes. Certaines zones peuvent en quelques jours recevoir plus de 50% de leur précipitation annuelle. D'autres périodes de sécheresse (ajoutées à un été sec) se produisent tout au long de l’année. Il arrive que l'humidité soit inférieure à 20%. Ces amplitudes climatiques extrêmes génèrent pour la végétation, de sévères conditions de vie qui l'oblige à s’adapter ou à s’acclimater afin de résister et se perpétuer sous un tel climat.

Ce climat est bien évidemment présent sur les territoires bordant la Méditerranée mais aussi dans d'autres régions du globe telles que celles situées en Californie, au Chili, en Australie et en Afrique du Sud.

Que veut-on dire quand nous parlons de végétation méditerranéenne ?
Beaucoup de gens l’ignorent mais la flore est beaucoup plus riche dans les régions de climat méditerranéen que dans les régions à climat tempéré. Les botanistes dénombrent près de 75.000 espèces de plantes soumises à un régime de sécheresse estivale.

En matière de biodiversité, en France notamment, plus de 60% des espèces végétales sont concentrées dans la zone méditerranéenne. A titre de comparaison, l’Europe non-méditerranéenne est composée de 6.000 espèces, alors que le Sud de la France (l’Hérault entre autre) compte à lui seul, plus de 2.000 espèces.  

Pourquoi ces zones ?
Dans le plan (ci-après), les zones dites de climat méditerranéen sont les suivantes : La Californie, le Chili, bien entendu le Bassin Méditerranéen, la pointe extrême de l’Afrique du Sud et enfin deux zones situées au sud-est du continent australien.
Elles sont situées dans des zones géologiques bien spécifiques. Souvent situées en bordure de plaque tectonique, les mouvements de la croute terrestre ont donné naissance à des zones escarpées, soit en bord de mer, soit en montagne. Les zones étudiées sont le résultat d’une combinaison d'éléments géologiques et géographiques ainsi que climat qui en découle.

A la suite d’une succession de périodes glaciaires alternées par des réchauffements climatiques, les régions indiquées sont naturellement devenues des « refuges » pour les espèces végétales. Proximité d’une mer ou d’un océan, barrières rocheuses à l’intérieur des terres. Une multiplicité de facteurs a permis à la flore de développer une forme de résistance, tout en étant relativement « abritée » sur le littoral et dans les zones escarpées.

Pourquoi doit-on les préserver ?
Les stratégies de reproduction pour ces espèces végétales sont plus complexes que celles nécessaires aux espèces se développant en plaines. La notion de temps s’entend ici à l’échelle planétaire. Le patrimoine génétique, l’ADN mute lentement, cette mutation naturelle résulte de la capacité de résistance aux conditions environnementales. Si des espèces se sont retrouvées « coincées » dans des zones fragmentées, elles ont dû adapter leur comportement pour se perpétuer, parfois elles ont même muté afin de créer une nouvelle famille de plantes. Elles ont développé des paramètres tellement spécifiques, rares et multiples, que leur patrimoine génétique n’est pas assez varié pour résister à de brusques changements (tel l’impact humain). Ce qui leur a permis de résister dans ces zones est aussi ce qui les fragilisent. D’où la prise de conscience du milieu scientifique qui a pris en compte la nécessité de protéger cette biodiversité en définissant dans le monde des points chauds de biodiversité. Pour lire plus sur les stratégies de survie cliquez ici.

Pour trouver d'avantage sur les formes végétales cliquez ici.

Qu'allons nous trouver dans le Parc Botanique?
L’emplacement du parc et sa superficie offrent un écrin favorable pour accueillir ce projet novateur à une telle échelle. Fort de ces informations, le propriétaire du domaine est parti à travers le monde pour découvrir ces espaces typiques et ramener les idées qui ont servi de base à l’implantation.

Nous utilisons les caractéristiques des jardins japonais pour créer les paysages. Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.